Et si c'était les prémices du burnout? Décryptez les signes pour lutter avant qu'il ne soit trop tard.

Et si c’était les prémices d’un burnout ?

Je me sens de plus en plus fatigué et j’ai l’impression de ne plus prendre plaisir à travailler. J’ai tendance à arriver en retard au travail et je fais tout pour éviter que mon boss me donne des nouveaux projets. Que m’arrive-t-il ?

Le burnout n’est pas qu’un mot à la mode relaté en masse par les médias. C’est un problème bien réel qui touche, d’après les statistiques, 12% de la population française. Au travail, c’est 1,7 salarié sur 10 qui souffre d’épuisement professionnel. Un chiffre à la hauteur du problème que bien souvent, il n’est pas facile de diagnostiquer. Un mal qui intéresse les professionnels de santé comme l’Etat au plus haut niveau, le ministère du Travail composant avec les experts de manière à définir cette pathologie et à mieux l’encadrer, mais également à la prévenir.

Certains symptômes témoignent des prémices d’un burnout. Et si vous appreniez à les reconnaître pour agir avant qu’il ne soit trop tard ?

Reconnaître les signes d’un burnout pour agir rapidement

Le burnout est un état de stress chronique qui conduit généralement :

  • A l’épuisement physique et émotionnel
  • Au cynisme et au détachement
  • A un sentiment d’inefficacité et un manque d’accomplissement

Les personnes qui s’essoufflent – professionnellement comme dans la vie personnelle, car le burnout n’est pas seulement lié au monde du travail – ne peuvent plus fonctionner efficacement. Cependant, le burnout est une maladie insidieuse et sournoise qui s’immisce dans votre vie petit à petit. Personne ne se réveille le matin en se disant : « je suis fatigué », avant d’aller voir un médecin qui diagnostique un burnout. Non. Les choses sont bien plus compliquées. Et c’est cette même lenteur qui rend le burnout difficile à identifier. Mais notre corps est bien fait (si, si !) et nous envoie, de temps à autre, des petits signes qu’il convient de reconnaître, comme des avertissements.

Et si vous appreniez à écouter votre corps ?

Avant que votre médecin ne détecte quelque symptôme que ce soit, c’est votre propre corps qui va vous alerter car certains signes s’inscrivent dans un continuum. Je m’explique : vous allez être capable de faire la différence entre le stress et le burnout et, plus tôt vous identifierez les signes, plus vous serez capable d’éviter le burnout… si vous faites quelque chose pour lutter contre, bien entendu !

Les signes d’épuisement physique et émotionnel

  1. La fatigue chronique
    Au début, vous manquez d’énergie et êtes souvent fatigué, quasiment tous les jours. Vous vous sentez physiquement et émotionnellement drainé et vous ressentez une forme de crainte par rapport à cet état.
  2. Les insomnies
    Les signes avant-coureurs du burnout incluent des troubles du sommeil : une difficulté à s’endormir ou à dormir, à raison d’une à deux nuits par semaine. Plus les choses avancent, plus l’insomnie devient envahissante, perturbant vos nuits… et vos journées.
  3. Les petits oublis et les étourderies
    Vous avez du mal à vous concentrer et les oublis sont souvent un signe de quelque chose qui ne tourne pas rond. Plus ça va, plus le problème s’accentue et les dossiers s’empilent sur votre bureau…
  4. Les symptômes physiques
    Des douleurs thoraciques, des palpitations cardiaques, un essoufflement, des douleurs gastro-intestinales, des étourdissements… jusqu’à l’évanouissement et des maux de tête. Autant de symptômes à surveiller de près.
  5. Des maladies à répétition
    Alors que vous êtes dur comme un roc, vous sentez que vous êtes plus souvent malade : petits rhumes, infections et autres maladies liées au système immunitaire qui refuse de faire son travail.
  6. Une perte de l’appétit
    Vous n’avez pas faim et vous sautez un repas, çà et là… Plus tard, vous boudez même votre plat préféré et remarquez que vous avez perdu beaucoup de poids.
  7. Une anxiété permanente
    Au début, cela se traduit par des inquiétudes et un état de nervosité palpable. Au fur et à mesure, votre anxiété vous empêche de travailler et d’être productif, allant même jusqu’à perturber votre vie personnelle.
  8. La dépression
    Le mal du siècle, dit-on. Un mal qui nous rend tristes, au début et qui nous fait sentir coupables, capables de rien. Au plus haut niveau, la dépression donne l’impression d’être pris au piège et que le monde serait bien meilleur sans nous. Si vous ressentez l’un de ces symptômes, n’attendez pas pour consulter un médecin.
  9. La colère
    Cela commence par des tensions dans vos relations professionnelles et personnelles. Vous vous sentez irritable. Plus le burnout progresse en vous, plus les disputes deviennent fréquentes : sur le lieu de travail comme à la maison.

Les signes de cynisme et détachement

  1. Manque de plaisir
    Au travail, vous avez hâte qu’il soit l’heure de partir. Idem pour les réunions de famille et les fêtes avec les amis. Vous allez même jusqu’à éviter que votre boss vous propose de travailler sur tel ou tel projet…
  2. Pessimisme
    Cela commence par des paroles négatives, la vision d’un verre à moitié vide et l’attitude qui accompagne ces pensées. Plus le temps avance (si vous ne faites rien) et plus vous pensez que vous ne pouvez compter sur personne.
  3. Isolement
    Lorsque le burnout apparaît, vous ne montrez qu’une faible résistance à participer à des événements sociaux, ne serait-ce que d’aller déjeuner avec une collègue de travail. Lorsque la maladie s’installe, vous vous sentez même furieux lorsqu’on vous adresse la parole et allez jusqu’à vous retirer pour éviter toute forme d’interaction sociale.
  4. Détachement
    Vous vous sentez déconnecté des autres. Au travail, cela se remarque au niveau de vos accomplissements et responsabilités. Vous êtes de plus en plus souvent en arrêt maladie, cessez de répondre aux mails et arrivez au travail en retard.

Les signes d’inefficacité et de manque d’accomplissement

  1. Apathie générale et manque d’espoir
    Ce symptôme est similaire à la dépression et au pessimisme décrits plus haut. Lorsque les symptômes s’aggravent, vous pensez « à quoi ça sert ? »
  2. Irritabilité accentuée
    L’irritabilité va souvent de pair avec le fait de se sentir inefficace, peu important, inutile. Vous sentez que vous ne faites plus les choses aussi bien qu’avant et cela entrave vos relations personnelles et professionnelles. Au plus haut niveau, ce symptôme peut détruire une carrière et les relations sociales.
  3. Manque de productivité et de performance
    Malgré les longues heures passées au travail, vous ressentez un stress chronique qui vous empêche d’être aussi productif qu’avant. Résultat : vous ne terminez pas vos projets et votre liste de choses à faire ne fait qu’augmenter. Si bien que la pile devient bientôt insurmontable

Les conseils de Karine, rédactrice pour Scoachy

Souvenez-vous que le burnout est un mal insidieux qui met du temps à s’installer. Apprenez à écouter votre corps et à reconnaître les signes prémonitoires. Mais inutile de vous en faire pour un oui ou pour un non. Si vous êtes souvent fatigué, ne dramatisez pas : vous ne souffrez peut-être pas nécessairement de burnout et le problème peut être ailleurs. Alors, avant de courir chez le médecin, faites votre propre diagnostic et prenez le temps de réfléchir !

 

Avez-vous déjà fait l’expérience des symptômes décrits dans cet article ? Qu’avez-vous fait pour lutter contre ?

Rédactrice pour Scoachy®

    %d blogueurs aiment cette page :